Autres

assurances-habitations: la présence d’armes à feu ne présentent pas de risques significatifs

On a beaucoup parlé récemment des risques inhérents au seul fait de posséder des armes à feu. Étant donné que les honnêtes propriétaires d’armes à feu sont systématiquement visés à la suite d’actes commis par des criminels, nous avons pensé scruter les faits plus attentivement. Le tir sportif et la chasse sont-ils des sports « dangereux »? Les propriétaires d’armes à feu présentent-ils un risque disproportionné pour la sécurité publique? Et bien selon nos recherches, l’industrie de l’assurance n’est pas de cet avis.

En tant que propriétaires d’armes à feu en règle et sécuritaire, l’industrie de l’assurance nous a classés dans la même catégorie de risques que les simples comptables de la classe moyenne la retraite. C’est vrai. Strictement au point de vue des risques, nous n’en posons pas. Et plus étonnant encore, Il n’y a pas une seule exclusion dans d’une assurance habitation standard qui interdit les armes à feu ou leur utilisation. Le mot « arme à feu » n’apparaît même pas dans les textes habituels des polices d’assurances !! Dans les faits, l’industrie de l’assurance ne nous considère pas comme une menace.

Les statistiques indiquent que par rapport aux automobiles, aux motos, aux sport de paintball et même (tenez-vous bien…) aux garderies, nous posons, de loin, beaucoup moins de risques que tous ces secteurs réunis. Plus intéressant encore, les primes que nous payons pour l’assurance-responsabilité civile représentent une fraction de cent par jour. Et pour la cerise sur le gâteau : l’industrie de l’assurance ne fait absolument aucune distinction entre armes de poing, les calibres, les mécanismes, etc. Au niveau des risques, nous sommes tout simplement considérés dans la même catégorie que les comptables de la classe moyenne à la retraite.

Même aux États-Unis, les compagnies d’assurance n’ont aucune restriction particulière en rapport à la possession. Les propriétaires en règle ne paient pas plus cher du seul fait qu’ils possèdent des armes à feu. Des cambriolages surviennent, mais aussi malheureux soient-ils, les compagnies d’assurance n’annule pas votre police ou augmente pas votre prime après avoir découvert que des armes à feu étaient présente sur les lieux. Ils ne les considèrent pas différemment de votre précieuse collection de salières/poivrières.

Si les compagnies d’assurance évaluent le risque et appliquent ensuite une prime en lien direct et réel avec ce risque, comment se fait-il que nos primes soient les plus basses parmi tous les autres groupes démographiques? Une coopérative sans gluten végétalienne paie 1000% de plus en frais d’assurance qu’un propriétaire d’armes à feu moyen …

Je me demande pourquoi?

Les actuaires d’assurance ont-ils erré?

Ou sommes-nous trompés par les médias ?

Chaque membre de la CCDAF bénéficient, et ce sans frais supplémentaire, de notre police d’assurance responsabilité civile de 5 000 000 $. Procurez-vous dès maintenant cette tranquillité d’esprit.

Je veux être protégé avec la coalition

La Coalition offre également deux forfaits d’assurances optionnelles:

CONSEILS JURIDIQUES
La loi sur les armes à feu, le Code criminel et les règlements qui en découlent peuvent être parfois déroutants et difficiles à comprendre. La CCDAF offre donc aux propriétaires d’armes à feu une assurance donnant accès à des conseils juridiques. Cette assurance vous procure un accès illimité à des avocats qualifiés en ce qui concerne les implications légales des armes à feu ou toutes autres questions juridiques que vous pourriez avoir.

Je veux l’assurance conseils-juridiques

DÉFENSE LÉGALE
La CCDAF offre également aux propriétaires d’armes à feu une assurance couvrant les frais juridiques. Elle fournit les moyens de défendre vos droits en cas de non-respect de la loi de façon involontaire, dans le cas d’accusations lors d’une offense concernant l’entreposage, le transport et la manutention d’une arme à feu, un appel d’une décision en suspens et le retrait / refus de renouveler votre permis de possession.

Je veux la défense légale

À bien y penser, l’assurance c’est un peu comme come un extincteur : on espère ne jamais en avoir besoin, mais si par malheur on doit s’en servir, on est bien heureux de l’avoir

Post précédent

Pendant que les élus bafouillent péniblement, le découragement s’installe

Prochain post

Ca s’en vient… la confiscation?