AutresNouvellesPolitiques

Ca s’en vient… la confiscation?

Les propriétaires d’armes à feu à travers le pays constatent avec consternation que les politiciens à tous les niveaux du gouvernement ont adopté la répugnante habitude d’utiliser chaque tragédie et ses victimes pour faire de la politique. Le maire de Toronto, John Tory, qui suggère maintenant l’interdiction complète d’armes de poing dans sa ville, a commencé lui aussi à chanter la même rengaine. Rappelons qu’en 2014, Tory lui-même avait déclaré que «réclamer l’interdiction des armes de poings, ce n’est pas du leadership, c’est un geste vide». Il n’avait pas tort. Alors qu’est-ce qui a changé? Le pouvoir des votes. L’ambition et la cupidité nourrissent sa lutte pour assurer son poste de plus haut responsable de la ville. Il a été rejoint cette semaine par la ville Montréal, l’épicentre du contrôle des armes à feu. Mais pas de vraie surprise ici.
John Tory

Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a fait son travail habituel en nous servant son insipide « rien n’est exclu, nous envisageons tous les scénarios et nous consultons les intervenants ». Ce qu’il veut vraiment dire, c’est que «nous allons laisser ce désordre s’envenimer pour que nous puissions évaluer la réaction et l’atmosphère de ce chaos». Pendant ce temps, les services de police, les services douaniers et les groupes communautaires ont été laissés pour compte en ce qui concerne le financement … Oui, ce même financement qu’il a promis à plusieurs reprises en se « pétant les bretelles » et qui malheureusement, ne s’est pas encore concrétisé.
Goodale

On serait tenté de penser que le suivi de dossier n’est pas la qualité majeure chez Ralph. Lors du sommet sur la violence et les gangs de rues à Ottawa le printemps dernier, plus de 300 experts dans le domaine de la violence et des crimes liés aux gangs ont passé une journée entière à présenter des mémoires, des études crédibles, des idées innovatrices et des demandes de financement. Rien de tout cela n’a été retenu. Il semble presque que ce gouvernement ait trop tardé dans le cycle électoral pour mener des travaux crédibles sur la criminalité et la violence. Il s’est donc vu obligé à avoir recours à des mesures comme le projet de loi C-71 sous prétexte de « renforcir » la loi sur les armes à feu. Les critiques des deux côtés du débat ont beaucoup insisté sur le fait que le C-71 passe complètement à côté lorsqu’il s’agit d’améliorer la sécurité publique.

Et donc, le désespoir s’installe, et avec lui les tactiques politiques séculaires que nous voyons chaque jour dans les médias grand public. Prenez quelque chose de si absurde comme une « interdiction » sur les armes à feu pour les honnêtes tireurs sportifs, lancez-là dans le grand public, mélangé avec une généreuse portion de bonne vieille propagande de peur et qu’est-ce qu’on obtient? Une vague de « soccer mom » et de comptables à la retraite qui croient tout sur les médias sociaux et tombe sous le charme des médias traditionnels, qui eux, sont tous trop heureux d’écrire des histoires terrifiantes et sensationnalistes de méchantes armes de poing qui traînent dans les boîtes à gants de bandits. C’est une recette parfaite pour tester la réaction du public à une éventuelle «interdiction des armes à feu» et leur donner suffisamment de temps pour en faire une plate-forme pour les prochaines élections fédérales. À ce moment verra le gouvernement Trudeau payer électoralement pour son «règne d’erreur», échouant dans tous les dossiers du cabinet. C’est sans doute le pire gouvernement du siècle.

Le contrôle des armes à feu sert-il à les sauver, politiquement? Cultiveront-ils les peurs des gens et manipuleront-ils les électeurs canadiens en leur faisant croire qu’ils DOIVENT réélire ce gouvernement pour assurer leur sécurité? Probable. Nous avons confiance que les gens pensent de manière critique. Les gens savent que ce n’est pas le gars et ses copains au club de tir ou le mari et sa femme de l’équipe IPSC qui tirent dans les rues.

Comme tous les Canadiens, je reste assis à me demander pourquoi aucun politicien, aucun média et aucun groupe de pression anti-armes se demande qui nous sommes. Nous voulons tous un Canada plus sûr. Examiner calmement les vrais problèmes, les gangs, les problèmes sociaux, le trafic de drogue, la santé mentale : C’est seulement de cette façon que l’on peut commencer à se débarrasser de la violence qui sévit dans notre pays … Mais pour ça, il faudra plus qu’un cycle électoral. Mais les responsables gouvernementaux ont déjà commencé à embrigader les électeurs, avec pour seul but de remporter les prochaines élections.

À ce moment-ci, nous ne savons pas avec certitude s’ils vont imposer une interdiction nationale des armes de poing et ils ne le savent pas eux non plus. Ils testent ces eaux. Imaginez seulement un gouvernement qui envisagerait de venir chez moi et de prendre mes biens personnels (par la force) sous prétexte de tout mettre en œuvre pour «garder les Canadiens plus en sécurité». Cela n’aurait, en aucune façon, un impact sur le monde criminel et je pense que tous les Canadiens le savent aussi.

Confiscation

Plus nous continuerons à ignorer les véritables problèmes de notre communauté et à satisfaire ce besoin de «faire quelque chose» avec davantage de réglementation sur les propriétaires d’armes, plus la violence augmentera dans nos rues. Le coût est réel et est surtout humain.

Demandez plus de votre gouvernement

Se tenir debout, pour vos droits

CCFR

La Coalition mène la bataille à Ottawa, dans les médias et là où cela compte vraiment : auprès du grand public. Si vous appréciez vos armes à feu et si vous chérissez le droit d’en posséder et de s’en servir, vous devez vous défendre, dès maintenant. Rejoignez la Coalition.

~Tracey Wilson
Tracey est la vice-présidente des relations publiques et la lobbyiste enregistrée pour la CCDAF. Elle est aussi une passionnée de la chasse, une tireuse sportive, une mère et une grand-mère.

Confiscation

Post précédent

assurances-habitations: la présence d’armes à feu ne présentent pas de risques significatifs

Prochain post

Appel à l’action!