Autres

CHAREST LEADER CONSERVATEUR? DITES ADIEU À VOS ARMES!

Tracey Wilson 01-01-2020 

02JAN 2020 Tracey Wilson 

 

 

Le parti conservateur a connu de grands succès lors de la dernière élection fédérale, remportant 22 sièges et le plus grand nombre de votes au pays; mais en raison de notre système électoral, cela n’a pas suffi pour gagner. Le chef du PCC, Andrew Scheer, a dû faire face à certaines questions qui l’ont affligé et a fini par démissionner deux semaines avant Noël.

Qu’est-ce que cela signifie pour le parti ? Une course à la direction, ce qui nous amène à la discussion vitale que nous allons avoir. De nombreuses personnes dans les rangs du parti (et au-delà) ont soit laissé entendre ou carrément déclaré leur intention de se présenter à la direction du parti. De nombreux noms connus sont dans l’air, notamment :  Pierre Poilievre, Michelle Rempel, Rona Ambrose, Peter McKay, Erin O’Toole et même l’ancien premier ministre du Québec Jean Charest.

Les propriétaires d’armes ont été très actif et ont joué un rôle important lors de la dernière course au leadership du parti et celle-ci ne sera pas différente. En fait, cette course pourrait très bien mettre fin au droit des civils de posséder des armes à feu au Canada.

 

Voici pourquoi : 

 

Jean Charest.

 

Passons d’abord en revue l’histoire de Chareest en politique.

 

Jean Charest a été le 29e premier ministre du Québec, de 2003 à 2012 ; le vice-premier ministre du Canada, du 25 juin 1993 au 4 novembre 1993 ; le chef du Parti progressiste-conservateur fédéral du Canada, de 1993 à 1998 ; et le chef du Parti libéral du Québec, de 1998 à 2012. Il est devenu premier ministre après avoir remporté l’élection de 2003; après avoir perdu l’élection de 2012, il a annoncé qu’il démissionnait de son poste de chef du Parti libéral du Québec et qu’il quittait la politique

Parlons maintenant de sa passion pour le contrôle des armes à feu.

En 2007, alors qu’on parlait de mettre fin au registre des armes d’épaule, Charest s’est engagé à augmenter les restrictions sur les armes à feu au Québec advenant son abolition. Il a tenu cette promesse et les Québécois sont maintenant assujettis à la Loi 9 qui crée un obstacle supplémentaire important pour les tireurs sportifs titulaires d’un permis.

En 2011, furieux de la fin du gaspillage du registre, il a déclaré que le projet d’Ottawa de détruire les données du dit registre était  » inacceptable  » et qu’il  » utiliserait toutes les ressources disponibles pour s’assurer que cela ne se produise pas « . Charest s’est battu et a critiqué Harper tout au long du processus.

Charest a constamment appuyé les groupes de pression anti-armes PolySeSouvient et la Coalition pour le contrôle des armes à feu (CGC) dans leurs efforts pour des mesures de contrôle plus strictes sur les citoyens les déjà les plus contrôlés du Canada.

Charest est un politicien québécois libéral de gauche qui déteste les armes à feu et leurs propriétaires – la preuve est devant vous : faites une simple recherche sur Google; Jean Charest contrôle des armes à feu, Jean Charest registre des armes d’épaule, Jean Charest armes à feu … vos yeux ne vous tromperont pas – il veut mettre fin à notre sport et notre style de vie.

Alors … maintenant que nous entrons dans une course à la direction du seul parti fédéral qui appuie les propriétaires d’armes à feu en règle tout en ayant un programme « sévère envers les criminels » pour combattre la violence, il n’a jamais été aussi important pour les propriétaires d’armes à feu de comprendre qui est Jean Charest.

C’est le politicien québécois élitiste et de gauche qui a la CCG dans une poche et PolySouvient dans l’autre – et il veut que vos armes à feu disparaissent.

Il nous incombe de veiller à ce qu’il continue de profiter de sa retraite. Si vous êtes propriétaire d’armes à feu, il n’y a pas de place pour Charest en tant que chef du Parti conservateur du Canada. 

 

 

 

Post précédent

INTERDICTION DES ARMES ET  DÉCRET: UN APPEL À L’ACTION

Prochain post

BELLE VICTOIRE AU CONSEIL MUNICIPAL DE KINGSTON!