Autres

LA CCDAF DEMANDE LE RENVOI DE BILL BLAIR

POUR PUBLICATION IMMÉDIATE

02 MAI 2020

La CCDAF demande le renvoi du ministre Bill Blair

OTTAWA, ON – La Coalition Canadienne pour les Droits aux Armes à Feu demande le retrait immédiat du ministre Bill Blair du dossier de la sécurité publique.

Après une lecture rigoureuse du règlement publié hier, interdisant une série d’armes à feu semi-automatiques et après avoir assisté à une session d’information avec des représentants de la Sécurité publique, de l’Agence des Services Frontaliers du canada (ASFC), du ministère des Affaires mondiales, de la GRC et du ministère de la Justice, il a été clairement établi que ce règlement a été élaboré à la hâte et que le gouvernement n’a ni planifié ni formulé le reste de la législation nécessaire pour mettre en œuvre sa politique élaborée en catastrophe. En conséquence, le règlement est rempli d’incohérences et même dangereux.

En effet, lors de cette session d’information, le gouvernement n’a pu répondre à de simples questions, notamment :  sur les méthodes utilisées pour choisir les armes interdites, en rapport aux raisons pour lesquelles les armes à feu à verrou ont été incluses dans la liste, au sujet des raisons pour lesquelles certains fusils de chasse sont inclus dans les restrictions de diamètre d’alésage, à propos des raisons pour lesquelles certaines armes à feu à percussion annulaire font partie de la liste – contrairement aux critères de sélection, et ainsi de suite… Ils ont également déclaré que le gouvernement, au nom du gouverneur en conseil, a estimé que la liste des armes à feu interdites « ne convient pas à la chasse ou au tir sportif ». Cela ne les a pourtant pas empêchés de prévoir dans la foulée une exemption pour les propriétaires autochtones aux fins de la chasse. En outre, cela contredit l’usage historique de ces mêmes armes à feu qui, depuis des décennies, sont utilisées en toute sécurité pour la chasse et le tir sportif.

Tout ce règlement porte la marque d’un processus bâclé, mené à la hâte et qui divise les Canadiens.

La CCDAF a en outre noté que certaines des armes à feu énumérées dans le règlement qui sont classées comme étant interdites ont exactement les mêmes spécifications que d’autres armes à feu ne figurant pas cette même liste. Ceci est entièrement aléatoire et prouve sans aucun doute que les choix qui ont été faits ont été dictés entièrement par la politique. Ce n’est pas une façon de faire appropriée pour toute législation (peu importe laquelle) dans une démocratie digne de ce nom.

Il y a également cet irritant majeur, au fait qu’aucune considération n’a été donnée aux propriétaires d’armes à feu qui peuvent changer de résidence pendant la période d’amnistie, puisque le transport de ces armes à feu prohibées n’est pas autorisé.

Le niveau d’incompétence dont fait preuve le gouvernement libéral avec cette loi est stupéfiant.

En conséquence, nous estimons que le premier ministre et les Canadiens ont été grossièrement mal servis par le ministre et nous demandons qu’il cesse immédiatement de superviser ce processus et que ce règlement soit abrogé afin de consulter des experts techniques qui s’y connaissent.

En attendant, la Coalition recommande que les propriétaires d’armes à feu canadiens conservent leurs armes et ne les remettent PAS au gouvernement. Ce processus profondément tordu doit être immédiatement corrigé. Des consultations avec des experts juridiques sont en cours.

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter :

Tracey Wilson

VP, Relations publiques

Coalition Canadienne pour les Droits aux Armes à Feu (CCDAF)

1-844-243-CCFR (2237)

info@firearmrights.ca

Post précédent

1500 ARMES À FEU INTERDITES AUX CANADIENS RESPECTUEUX DE LA LOI

Prochain post

QUATRES ORGANISATIONS DE DÉFENSE DES DROITS AUX ARMES À FEU S'UNISSENT POUR RÉCLAMER LE RENVOI DE BLAIR