Autres

LA CULTURE ET L’INDUSTRIE DES ARMES AU CANADA PROSPÈRENT, ET CE, MALGRÉ LES LIBÉRAUX

 

 

03 MAR 2020 TRACEY WILSON 

 

 

Ce texte est peut-être un peu long. Mais j’espère que cela apportera un peu d’esprit critique à ceux qui élaborent les lois dans ce pays.

Lorsque les libéraux ont remporté une majorité en 2015, les propriétaires d’armes à feu de tout le pays étaient assis sur le bout de leur siège, espérant qu’ils ne seraient pas la cible d’un fardeau législatif des plus malavisés, comme cela a été le cas au cours des 30 dernières années. Le mandat de 4 ans a vu l’adoption du C-71, un fouillis bureaucratique de réglementations et de mesures visant à alourdir encore le fardeau des honnêtes chasseurs et tireurs sportifs. Les propriétaires d’armes se sont battus avec acharnement et il a fallu 14 mois (du jamais vu) pour que le projet de loi soit adopté à la Chambre des communes et au Sénat; mais sans amendement et contre la volonté de la commission sénatoriale qui l’étudiait.

Avec l’élection de 2019 dans notre rétroviseur et les libéraux réduits à une faible minorité, on pourrait penser qu’un soupir de soulagement se ferait entendre de tous les camps de chasse et des clubs de tir approuvés par le gouvernement d’un océan à l’autre.. Pas de chance. Même si les conservateurs ont remporté le vote populaire, cela n’a pas suffi à détrôner les libéraux qui dominaient dans l’Est. Et c’est ainsi qu’ont commencé les menaces : l’interdiction des armes à feu envers les propriétaires en règle, la confiscation forcée, les milliards de dollars du programme de rachat et plus d’un quart de million de fusils achetés légalement confisquées à des propriétaires d’armes qui n’ont rien fait pour mériter une telle attaque.

Et pourtant, nous voici au printemps de l’année et rien n’a été fait. Littéralement rien. Les mesures de la dernière législation du C-71 n’ont même pas été mises en œuvre, et aucun décret du conseil n’a été déposé pour mettre en place le cadre nécessaire à ce lourd exercice législatif. Le ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, continue d’apaiser les lobbies anti-armes avec des promesses d’interdiction totale des armes à feu et des images de portes du domicile des Canadiens respectueux des lois enfoncées. PolySeSouvient, la Coalition pour le contrôle des armes et les Médecins pour la protection contre les armes (tous des groupes de pression interconnectés contre les armes à feu avec des agendas radicaux) continuent de tourmenter et de traquer les propriétaires légaux d’armes à feu sur les médias sociaux tout en acceptant d’énormes afflux d’argent de la part de financiers américains.

MAIS … malgré tout, notre culture, notre sport et notre industrie continuent de se développer et connaissent un véritable boom. 

  • Le nombre de permis de PPA et  de PPAR est en hausse
  • De nouveaux fusils de sport tactiques et semi-automatiques sont mis sur le marché avec la bénédiction du laboratoire d’armes à feu de la GRC
  • Les détaillants investissent dans de nouveaux sites et construisent de nouveaux champs de tir en masse (Entre autre : Select Shooting Supplies, Bulls Eye London, SFRC, FOC, Triggers & Bows, That Hunting Store)
  • TACCOM, le plus grand Salon des Armes à feu au Canada, promet de doubler la taille de son exposition cette année
  • Les listes d’attente s’allongent dans les clubs de tirs à travers le pays à mesure que la population s’initie de plus en plus à ce sport
  •  Les importations légales continuent de passer la frontière
  • Les inscriptions aux  « journées des dames » se vendent en quelques minutes – le parrainage de ces événements par la CCDAF a doublé par rapport à l’année dernière
  • Le projet Mapleseed (dont la CCDAF est le commanditaire national) est désormais un programme national, dont le nombre d’événements a doublé cette année et a dû tripler le nombre de ses instructeurs
  •  La fédération canadienne de tir universitaire (CUSF) compte désormais 18 établissements postsecondaires parmi ses clubs de tir
  • Lors du salon de l’industrie des armes à feu de la CSAAA, les détaillants passaient des commandes en masse auprès des distributeurs, et le message de la directrice générale Alison de Groot à l’industrie était « business as usual ».
  • Tous les différents acteurs du domaine commencent à s’associer dans un front commun pour défendre les propriétaires d’armes à feu

Et du même souffle, nous constatons aussi une opposition de plus en plus forte aux mesures inutiles et inefficaces proposées par les libéraux fédéraux; de la part des forces de l’ordre, des responsables gouvernementaux à tous les niveaux, des médias et des Canadiens ordinaires.

Le débat sur les armes à feu au Canada est en train de changer… Les Canadiens exigent un travail crédible sur la criminalité, une utilisation responsable de l’argent des contribuables et moins de division.

Et nous ne pourrions pas être plus d’accords … et c’est pourquoi nous allons lancer la plus grande campagne de relations publiques et d’éducation de l’histoire des armes à feu au Canada dans deux semaines.

Unis- nous sommes plus forts.

Je vais conclure par une dernière réflexion. La communauté canadienne des armes à feu est un groupe passionné, motivé et résilient. Nous nous soucions de rendre nos communautés plus sûres et nous attachons de l’importance à notre liberté et à nos droits. Et ça, ce sont des déclarations non partisanes.

Chers  libéraux au pouvoir : Les Canadiens comptent sur vous pour faire ce qui est juste. Pour utiliser judicieusement l’argent précieux de nos impôts en période d’adversité, pour mettre en œuvre et financer des mesures qui auront un impact positif sur la sécurité publique, et pour produire des politiques justes et efficaces.

Nous continuerons, avec votre aide, à exiger mieux de nos législateurs ; à voir venir et retenir les marées et à veiller à ce que notre sport soit préservé. En attendant, invitez quelqu’un à tirer, achetez ce nouveau fusil, vendez une autre adhésion à votre champ de tir et n’oubliez pas de contacter votre député.

Pour l’instant, c’est comme si de rien n’était…  « Business as usual »

 

Post précédent

LA COALITION ET LA SASKATCHEWAN WILDLIFE FEDERATION : UN NOUVEAU PARTENARIAT 

Prochain post

LA RÉSURRECTION DE RALPH