ÉvènementsNouvelles

LE MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE REPORTE L’ENTRÉE EN VIGUEUR DU PROGRAMME DE MARQUAGE DES ARMES DE L’ONU

Le système de marquage des armes proposé par l’ONU avait fait réagir la communauté des propriétaires d’armes à feu, mettant en doute l’utilité et surtout, l’efficacité de ce programme en lien avec la sécurité publique.

Ce programme de marquage dont les coûts pourraient atteindre jusqu’à 200.00$ par arme (nonobstant le fait qu’au Canada, toutes les armes sont déjà facilement traçables grâce à leur numéro de série unique) a amené la communauté à s’interroger sérieusement sur les véritables motivations de ce programme.  Les forces de l’ordre plaident que ce marquage serait un nouvel outil pour réduire le temps utilisé pour identifier les armes à feu qu’elles récupèrent sur les lieux de scènes de crime. Cependant, le ministère de la Sécurité publique n’a pu fournir aucune preuve pour appuyer cette pretention.

Une chose est certaine: suite à une demande déposée par Coalition selon la Loi d’Accès à l’Information et des Renseignements Personnels (AIPRP), nous a permis d’apprendre qu’aucune recherche ou réflexion n’a été effectuée en rapport aux coûts de logistiques ou administratifs de l’implantation de ce nouveau programme.

Les libéraux sont incapables de répondre à cette simple question :

 «Quel sera le coût de ce programme pour les contribuables en général»?

Dans un article publié dans la newsletter du gouvernement, la Gazette du Canada indique qu’il y a une étude gouvernementale qui évalue le coût à environ 21 $.

Encore une fois, suite à une autre demande selon la Loi d’Accès à l’Information et des Renseignements Personnels (AIPRP) déposée par la Coalition au ministère de la Sécurité publique, celui-ci a affirmé ne pas être en mesure de produire ladite étude.

À date, de nombreuses questions sont restées sans réponses à propos de ce programme, notamment son coût réel et surtout, son efficacité en matière de sécurité publique, considérant que les armes à feu au Canada possèdent déjà un système de traçabilité.

 Lisez l’article ici : http://www.gazette.gc.ca/rp-pr/p2/2015/2015-07-29/html/sor-dors195-fra.php

Des députés et des membres du caucus conservateur amateurs de chasse et pêche ont mené la bataille contre ce programme, le qualifiant de « registre des armes à feu par la porte arrière »

Ils ajoutent que bien que l’implantation du programme ait été reportée 1er décembre 2018,

ce n’est pas le moment de baisser la garde envers une loi inutile, dispendieuse et hypocrite.

Au sortir de ses rencontres avec des députés et des représentants de la sécurité publique, la lobbyiste de la Coalition Tracey Wilson s’est fait une joie d’annoncer la bonne nouvelle aux membres. « Dans ce dossier, le travail acharné à tous les niveaux, des membres de la base jusqu’au lobbying professionnel, nous permet de considérer que c’est l’ensemble de la communauté qui y gagne » déclare-t-elle.

La Coalition continue à travailler dans l’intérêt des propriétaires canadiens d’armes à feu canadiens et s’engage à leur communiquer l’information au fur et à mesure de manière precise.

Communiqué de presse – Sécurité publique https://www.canada.ca/fr/securite-publique-canada/nouvelles/2017/05/report_de_l_entreeenvigueurdureglementsurlemarquagedesarmesafeu.html

 

Post précédent

LES MEMBRES DU COMITÉ CONSULTATIF DOIVENT AVOIR UN MINIMUM DE CONNAISSANCES SUR LES ARMES À FEU – PÉTITION

Prochain post

L’ÉLECTION D’ANDREW SHEER: À QUOI PEUVENT S’ATTENDRE LES PROPRIÉTAIRES D’ARMES À FEU?