NouvellesPolitiques

LES MUNICIPALITÉS DU QC S’OPPOSENT AU REGISTRE PROVINCIAL – MOTION DU CONSEIL

~Canton de Potton, Québec

Le conseil municipal de Potton a adopté une position ferme pour les chasseurs et les propriétaires d’armes à feu du Québec lors d’une récente assemblée publique tenue à l’hôtel de ville de cette municipalité frontalière. En fait, ils ont adopté une motion, à l’unanimité, pour adopter une résolution demandant au gouvernement du Québec de revenir sur sa décision de mettre en place un registre des armes d’épaule.

Le maire de Potton, Jacques Marcoux, a déclaré dans un article récent de LaTribune :  » On trouve que l’argent dépensé pour ce projet serait mieux utilisé si on travaillait plutôt à enrayer le marché noir ou pour faire la lutte à la maladie mentale, qui occasionne régulièrement des drames humains « .

La résolution du canton de Potton affirme également que le coût du registre pourrait augmenter considérablement, comparable à l’échec du registre fédéral des armes d’épaule dont le gouvernement Harper s’était auparavant débarrassé. Le conseiller municipal Bruno Côté a communiqué avec Tracey Wilson (vice-présidente des relations publiques de la CCDAF/CCFR) pour lui dire qu’il a rédigé la motion parce qu’elle représente ce que ses électeurs demandent, qu’ils soient propriétaires ou non d’armes à feu. Il considère le registre comme une mesure coûteuse et inutile.

Texte de la motion :

Potton City Council a pris position sur cette question et vous invite à faire de même. Bref, nous croyons, comme beaucoup de policiers qui admettent que l’enquête est une technique bien supérieure, que le registre ne résout rien ; la dépense est inutile et l’argent pourrait être utilisé à d’autres fins.

5.1.4 Opposition à la Loi sur l’enregistrement des armes à feu du Québec

ATTENDU QUE l’ancien premier ministre du Québec, monsieur Philippe Couillard, a forcé en juin 2016 la création du registre SIAF (Service d’enregistrement des armes à feu du Québec) en ne permettant pas le vote libre de ses députés ;

ATTENDU QUE la loi sur l’enregistrement des armes à feu sans restriction au Québec est entrée en vigueur le 29 janvier 2018 et stipule que les armes à feu doivent être enregistrées avant la fin de janvier 2019 ;

ATTENDU QUE la mise en place de ce registre (17 millions de dollars pour l’établissement et 5 millions de dollars annuellement pour le fonctionnement) ne prévoit aucune mesure de sécurité concrète pour combattre l’importation, la fabrication et la possession d’armes illégales ;

ATTENDU QUE la SIAF tend à diaboliser les armes à feu et les propriétaires honnêtes avec les permis fédéraux requis, mais ignore complètement les criminels qui se procurent des armes sur le marché noir ;

ATTENDU QUE le 20 décembre 2018, soit un mois avant la date limite, 82 % des armes du Québec (1,6 million) ne sont toujours pas enregistrées ;

ATTENDU QUE le projet de la SIAF risque de subir le même sort que le Registre canadien des armes à feu (de 2 millions de dollars à 2 milliards de dollars), compte tenu des faibles résultats obtenus jusqu’à présent ;

ATTENDU QUE l’abandon du registre libérerait des quantités importantes qui pourraient être utilisées beaucoup mieux (en santé mentale, par exemple) ;

EN CONSÉQUENCE,
il est proposé par Bruno Côté
et résolu

QUE la Municipalité du Canton de Potton invite les autres municipalités du Québec à demander aux députés, au ministre de la Sécurité publique du Québec et au premier ministre de faire marche arrière sur la loi sur l’enregistrement des armes à feu sans restriction ;

QUE le Conseil municipal exprime sa solidarité avec les chasseurs, les tireurs sportifs, les collectionneurs et les citoyens qui considèrent ce registre intrusif et inefficace ;

QUE ce conseil demande au gouvernement du Québec d’appuyer concrètement les initiatives contre l’importation, la fabrication et la possession d’armes illégales ;

QUE le Conseil propose au gouvernement du Québec de mettre en place les programmes d’information et d’éducation nécessaires pour mettre fin à la stigmatisation des armes à feu et à la diabolisation de leurs propriétaires.

QU’une copie de cette résolution soit transmise au premier ministre du Québec, au ministre de la Sécurité publique du Québec, à la MRC de Memphrémagog et à toutes ses municipalités.

Adoptée à l’unanimité.

Le conseiller Bruno Côté souhaite que d’autres municipalités emboîtent le pas et les invite à adopter leur propre résolution pour s’opposer à ce projet inutile. M. Côté estime que les règles qui s’appliquent aux propriétaires d’armes à feu sont assez strictes et que l’accent devrait être mis sur la criminalité. Il note que le lobby anti armes à feu, PolySeSouvient, a commandé un sondage qui indique que les Québécois étaient fortement en faveur du registre, mais il estime qu’il ne représente pas les pensées réelles des Québécois. Il dit que si d’autres opposants dans d’autres municipalités se présentaient, cela nous donnerait une image plus réaliste de ce que les Québécois veulent vraiment.

Le président de la FQM (Fédération québécoise des municipalités), Jacques Demers, a appris que la ville de Potton s’opposait au registre et a déclaré que la question serait soulevée à la prochaine réunion de l’exécutif de la FQM.

« Peut-être que nous nous positionnerons aussi (contre le registre), si nous sentons qu’il y a un mouvement important qui se crée parmi nos membres « , a dit M. Demers.

Si vous êtes un résident du Québec et que vous vous opposez au registre inutile et inefficace, communiquez avec votre conseiller municipal ou votre municipalité et demandez-lui d’adopter une résolution semblable qui sera transmise à la province.

Post précédent

Les canadiens sont contre l’iterdiction des armes de poings… et voici pourquoi :

Prochain post

Et nous pendant ce temps nous, on travaille sur la criminalité – Avec des groupes communautaires.