NouvellesPolitiques

Lettre ouverte a l’honorable François Legault

À l’honorable François Legault, Premier ministre du Québec,

Je tiens à vous féliciter pour la formation de votre gouvernement. La majorité des propriétaires d’armes à feu plaçaient leur espoir dans votre élection. Votre parti politique fut le seul à autoriser le vote libre lors du passage du projet de loi 64. Au nom de la Coalition Canadienne pour les Droits aux Armes à Feu, je vous en remercie.

Comme vous le savez, le gouvernement Libéral précédent a ignoré la voix des 60 000 signataires de la petition officielle qui fut présentée à l’assemblée nationale. Contrairement au sondage commendité par les groupes en faveur du registre, un sondage Léger réalisé en 2015 démontre clairement que la majorité des répondants, (57%) à l’exterieur de Montréal, n’étaient pas en faveur de la création d’un registre d’armes d’épaule. Lors de ce sondage, les sommes estimées n’étaient que de 30 millions de dollars. Comparez cela aux nouvelles projections de coûts, en relation au taux de participation de la population, et vous avez un fiasco certain entre les mains.

Selon les résultats électoraux, vous avez eu un appui fort en régions rurales. Ces mêmes régions qui ne voulaient pas d’un registre. Pourquoi faire les frais des erreures commisent par le gouvernement précédent? Je vous implore d’être à l’écoute du peuple comme vous l’avez promis lors de votre campagne électorale. Évitant ainsi de forcer des gens honnêtes, qui contribuent normalement positivement à la société, à commettrent des actes de désobéissance civile.

La Cour suprême du Canada a declarée que le champs de compétence sur les armes à feu relève du gouvernement fédéral et en toute réalité une province ne pourra jamais mettre en place un registre qui puisse égaler l’influence et le pouvoir de l’ancien registre fédéral. De plus, l’efficacité de celui-ci ne fut jamais clairement établie. Si nous avons une leçon à retirer de cette expérience, c’est les dépassements de coûts faramineux.

Je vous demande de ne pas gaspiller l’argent des contribuables et de refuser de bâtir la passoire la plus dispendieuse de notre histoire.

Sincèrement vôtre,

Etienne Tremblay
Directeur QC
CCDAF/CCFR

Post précédent

LA CCDAF ÉTABLIT UNE NOUVELLE NORME EN MATIÈRE DE DÉFENSE DES DROITS AUX ARMES À FEU.

Prochain post

LE DÉBAT SUR LES ARMES À FEU AU CANADA SE DÉGRADE EN MENSONGES ET MANIPULATION