NouvellesPolitiques

Où en sommes-nous aujourd’hui avec C71

Le projet de loi C-71 franchit le dernier tournant de son cheminement vers la sanction royale. Il semble y avoir un réel manque de compréhension des enjeux liés à la sécurité publique. Le projet de loi est à l’étape de la deuxième lecture au Sénat et la CCDAF a passée beaucoup de temps à parler aux sénateurs du projet de loi, de ses répercussions sur la criminalité (aucune) et de ce que cela signifie réellement pour les propriétaires d’armes à feu.

Rod Giltaca, directeur général et directeur exécutif de la CCDAF, s’est joint à moi plusieurs fois cette année à Ottawa pour une «semaine de lobbying». Le premier de ces projets de sensibilisation d’une semaine a été la semaine où le projet de loi a été déposé à la Chambre des communes. Nous avons tenu deux conférences de presse parlementaires dans le bloc central, témoignés en tant que témoin expert au comité permanent de la sécurité publique et nationale, mené plus de 50 entrevues avec les médias dont une sous-syndication à la CBC, produit et / ou promu de nombreuses pétitions électroniques, vidéos politiques et mêmes pour les médias sociaux, hébergés, financés et assistés à des tables rondes, des assemblées publiques à travers le pays et rencontrés des politiciens de tous les niveaux et de tous les partis.

Il est intéressant de noter que les votes sur le projet de loi C-71 à la Chambre des communes ont été fouettés, ce qui signifie que tous les députés libéraux ont votés en sa faveur quelques soient les souhaits de leurs électeurs ou leurs sentiments personnels concernant le projet de loi. Le parti libéral sait trois choses; que les propriétaires d’armes à feu ne représentent pas un risque disproportionné pour la sécurité publique, que le Canada est aux prises avec un problème de violence liée aux gangs de plus en plus important et que le publique craint de penser qu’il a «fait quelque chose» pour gagner les votes au moment des élections. Malheureusement, les coûts associés à ce type de vertu sont des réglementations supplémentaires pour les propriétaires d’armes à feu, le plus souvent considéré comme des «criminels sur papier», et pendant ce temps la violence continue et augmente dans les rues de nos villes et villages et ce à travers le pays.

Ceci est difficile avec un gouvernement majoritaire, ils sont pratiquement libres de créer une législation comme bon leur semble, sans conséquences immédiates. Notre seul moyen d’opposition et de réussite est de voter et d’encourager nos amis et notre famille à voter.

De nombreux membres du Sénat sont déchirés par le projet de loi C-71. Il y a quelques semaines, Rod et moi avons rencontré le sénateur et le parrain du projet de loi au Sénat, André Pratte. André appuie fermement ce projet de loi ajoutant qu’il ne s’agit pas de la seule mesure de lutte contre la violence des gangs de rue. J’ai trouvé ce genre de position étrange à prendre car il n’y a littéralement rien dans ce projet de loi ni dans aucun autre projet de loi visant à lutter contre la violence des gangs. Nous avons rencontré le sénateur Don Plett immédiatement après la rencontre avec Pratte et nous avons été surpris de la distance qui sépare ces deux sénateurs. Plett a réitéré la nécessité d’un travail crédible sur le crime et la violence des gangs de rue. Le problème ici est que très rarement le Sénat «abandonne» les projets de loi émanant du gouvernement mais est disposé à le renvoyer à la Chambre pour qu’il envisage des amendements, ce qui est susceptible de se produire. Quoi qu’il en soit, les sénateurs de tous types s’accordent pour dire que ce projet de loi nécessite des études approfondies avec de nombreux témoins des comités ce qui entraînera une régression dans la façon dont la Chambre s’en est inspirée.

Les propriétaires d’armes à feu de tout le pays sont encouragés. Non, ils DOIVENT agir immédiatement pour aider à la lutte pour la préservation de notre sport et de nos biens acquis légalement tout en demandant au gouvernement de cesser de s’attaquer aux propriétaires d’armes à feu légaux et de se concentrer de manière efficace sur des mesures de contrôle de la criminalité. Écrivez au Sénat, choisissez chaque jour quelques sénateurs à appeler et exprimer vos préoccupations au sujet de ce projet de loi.
Pas d'excuses

Le PLC a connu une course difficile avec trois années d’échecs lamentables dans tous les dossiers, d’un embarras international et de nombreuses violations de l’éthique de la part de certains de ses hauts fonctionnaires. Pourtant, les électeurs canadiens affluent vers le charme et le charisme de l’élite avec admiration. Notre seul espoir est de nous impliquer. Respectez la législation, signez les pétitions, rejoignez la CCDAF et communiquez avec vos élus avant qu’il ne soit trop tard.

Je m’attends à ce que le projet de loi C-71 entame sa troisième lecture autour des vacances de Noël lorsque le Sénat et la Chambre des communes se lèvent pour une longue pause ou éventuellement à leur retour et qu’ils reçoivent la sanction royale d’ici février ou plus avec quelques améliorations sous forme d’amendements… espérons-le. C’est à peu près tout ce que nous pouvons espérer de mieux jusqu’à ce que ce projet de loi soit abrogé par un nouveau gouvernement. Vous pouvez être assurés que la CCDAF sera implacable dans notre quête d’une législation équitable pour les propriétaires d’armes à feu et nous ne leur faciliterons pas la tâche.

~ Tracey Wilson

Tracey est la lobbyiste enregistrée à temps plein de la CCDAF et la vice-présidente des relations publiques.

Post précédent

Le ministre Blair dépense 125 000 dollars en consultations et en liste de présence

Prochain post

Le nouveau look audacieux des vêtements de la CCDAF. Portez-le avec fierté !