Opinion - Le registre des armes d'épaule du Québec

21 septembre 2017

Opinion - Le registre des armes d'épaule du Québec

Le CCFR est heureux de partager un article d'opinion d'un membre, soumis au CCFR par Bob Bush du Québec. Si vous avez une soumission que vous aimeriez voir prise en compte, veuillez la transmettre à info@firearmrights.ca.

LE REGISTRE DES ARMES D'ÉPAULE DU QUÉBEC :

TE GOUVERNEMENT PUBLIE UN PREMIER PROJET

"À ce stade, cette question a dépassé depuis longtemps la simple question des armes à feu et devient plutôt une volonté obstinée de la part du gouvernement du Québec de gaspiller (hypocritement) l'argent de TOUS les contribuables. Ce registre n'est même pas encore en fonction, mais il a déjà coûté aux contribuables environ 100 millions de dollars en frais divers tels que l'appel à la Cour suprême, la commission parlementaire, etc. Un vrai bar ouvert libéral !" ~Bob Bush, Québec

Les propriétaires d'armes à feu du Québec sont stupéfaits par l'entêtement du gouvernement provincial à vouloir ressusciter un registre coûteux, inefficace et dont l'inutilité a été prouvée.

En effet, le 13 septembre dernier, le gouvernement du Québec et le ministère de la Sécurité publique ont publié leur projet de règlement pour le registre

Et cela ne présage rien de bon pour le coût de l'administration du futur registre par les amis du "Politburo" libéral.
De plus, quand un gouvernement traite ses propres citoyens comme des anarchistes et des racistes systémiques....

Projet de règlement ici : QuébecLGR

Ainsi, selon cette proposition de règlement, les propriétaires d'armes à feu du Québec devront fournir des informations sur l'arme, le lieu d'entreposage, un certain nombre de renseignements personnels et, surtout, un numéro d'identification unique gravé sur chaque arme (oubliez les collectionneurs d'armes rares et historiques et le fait que TOUTES les armes à feu ont déjà un numéro d'identification unique).

Ceci est en contradiction directe avec une promesse électorale du gouvernement libéral de ne pas rétablir un registre des armes à feu. Néanmoins, nous pouvons constater que Québec, avec l'aide de ses amis libéraux fédéraux, persiste et procède (hypocritement) par la porte arrière, malgré les faits suivants :

  • Un sondage réalisé par une firme de renommée mondiale a révélé qu'une majorité de Québécois étaient contre le registre ;
    (Les Sondages Léger / Le Devoir, 11 avril 2015, Politique Québécoise, Les enjeux, p.17)
  • Un projet de loi du parti conservateur (démocratiquement élu) avait aboli le registre des armes d'épaule et ordonné la destruction de toutes les données ; mettant fin au LGR- vote final .
  • Une décision de la Cour suprême du Canada a rejeté la province de Québec dans une tentative de récupérer les données du registre défunt ; Décision de la Cour suprême
  • Un affidavit d'un officier de la GRC devant un comité fédéral a déclaré que toutes les données du registre avaient été détruites.
    registre avaient été détruites ; http://www.ourcommons.ca/DocumentViewer/en/41-2/FINA/meeting-86/evidence#Int-8731680
  • Le fait, également, que cette affaire a été contestée devant les tribunaux et qu'une décision doit être rendue d'ici quelques mois (devons-nous supposer que le Québec connaît déjà l'issue de cette affaire ?)
  • Et enfin, le fait que l'on puisse sérieusement mettre en doute l'efficacité et la fiabilité des données obsolètes de l'ancien registre.

Oui, malgré tout cela, et contre toute attente, la Sécurité publique est prête à envoyer les données à toutes les provinces qui le demandent, dans le but de régler "soi-disant" un différend juridique avec le Québec, provoquant ainsi la colère et le choc de TOUS les contribuables canadiens qui ont cru (naïvement) à l'arnaque des données détruites.
Pour en savoir plus sur ce litige, cliquez ici : https://firearmrights.ca/en/goodales-bill-c-52-amendments-to-appease-qc-lawsuits-provide-data/

Au lieu de faire passer par la porte de derrière les données du registre expiré illégalement et "ressuscité par magie" aux provinces qui en font la demande, le gouvernement de Justin Trudeau devrait s'efforcer de tenir sa promesse électorale de 100 millions de dollars, pour lutter contre les gangs de rue et le trafic illégal d'armes à feu.

Et s'il lui en reste un peu, qu'il s'attaque au vrai problème : la santé mentale.

Bob Bush

 

 

Défendez vos droits

Faites la différence en nous soutenant dans notre lutte pour nos droits de propriété.
flèche vers le bas