La tentative malhonnête et désespérée du Docteur Lobby de rester pertinent.

2 juillet 2019

La tentative malhonnête et désespérée du Docteur Lobby de rester pertinent.

Au cours du long week-end de la fête du Canada, Najma Ahmed, célèbre médecin du lobby anti-armes, a écrit un autre article d'opinion (et l'a fait publier), blâmant les propriétaires d'armes à feu légales pour les crimes commis par les criminels, et s'est immiscée dans le débat une fois de plus. Dans cet article narcissique, elle se présente comme "éminente" et tente une fois de plus d'établir un lien entre la criminalité et la violence et les personnes qui ne les commettent pas, à savoir les propriétaires d'armes à feu légales et contrôlées par la GRC.

La malhonnêteté qui se dégage de ce document de circonstance témoigne de son auto-agrandissement et de son besoin d'être entendue, même si son message est erroné et carrément malhonnête.

Le directeur du CCFR Ontario, Dave Partanen, résume bien la situation ; 

Par où commencer ?

Je pense que l'endroit le plus logique serait les objectifs finaux déclarés - une réduction, voire idéalement une élimination des blessures et des décès liés aux armes à feu.

Et c'est à peu près ce que les deux parties, dans leurs positions actuelles, ne pourront jamais faire.

Les propriétaires d'armes à feu légales le souhaitent absolument. Des organisations comme la Coalition canadienne pour les droits des armes à feu préconisent depuis longtemps la participation de divers programmes sociaux, que ce soit au niveau de la base privée ou par le biais de programmes publics, afin de fournir le tissu nécessaire pour détourner les jeunes à risque des cultures de la drogue et des gangs où l'utilisation illégale d'armes à feu est un outil de travail, l'éducation du public sur le maniement sûr des armes à feu légalement détenues afin de prévenir les blessures accidentelles, les systèmes de soutien de la santé mentale pour aider ceux qui représentent un risque pour eux-mêmes ou pour les autres, et un système judiciaire/correctionnel efficace qui élimine de manière adéquate les menaces à la sécurité de la population en général.

Les problèmes que nous constatons sont incroyablement complexes et exigent des solutions complexes, avec des approches multiples travaillant de concert pour atténuer les causes qui conduisent aux manifestations de la criminalité et de la violence.
Ce groupe particulier de médecins (heureusement, ils ne représentent pas la majorité), cependant, voit les choses différemment.

Le premier point sur lequel il faut attirer l'attention est l'affirmation selon laquelle ils doivent travailler avec les propriétaires légaux d'armes à feu. Bien que je sois tout à fait d'accord avec ce sentiment, dans la pratique, leur approche a été tout sauf collaborative. Lorsqu'ils sont approchés pour discuter ne serait-ce que de la façon de combler le fossé entre leurs perspectives étroites et certains des autres problèmes sous-jacents, les propriétaires d'armes à feu légales sont accusés de racisme et de misogynie (ce mode d'emploi devient vraiment fatigant) et bloqués dans toute conversation qui pourrait entraver l'avancement de leur programme. Leur porte-parole a déclaré publiquement qu'ils n'étaient pas intéressés par la lutte contre la criminalité, mais plutôt par la suppression des biens acquis légalement par 2,2 millions de propriétaires d'armes à feu respectueux de la loi et pacifiques qui n'ont rien fait de mal.

La dernière fois que j'ai vérifié, tirer sur quelqu'un était un crime.

La dernière fois que j'ai vérifié, la possession illégale d'armes à feu interdites était un crime.

Je ne comprends pas comment les causes et les déterminants de la criminalité peuvent être logiquement éliminés de toute solution possible, et toute personne saine d'esprit et rationnelle devrait s'interroger à ce sujet.

Pour ajouter à l'illusion de légitimité, ils brandissent la bannière de la santé publique sous laquelle il faut marcher vers une société utopique mythique. Il est certain que personne ne connaît mieux la santé publique qu'un groupe diversifié de médecins, n'est-ce pas ? La plupart des gens accordent une confiance aveugle à leurs professionnels de la santé plus que tout autre groupe. Combien d'entre nous connaissent les médicaments qu'on leur administre, leur mode d'action et leurs contre-indications ? Même si le nombre de décès dus à des erreurs médicales dépasse de loin celui des décès dus à des armes à feu, nous continuons à leur accorder le piédestal déifié et omniscient sur lequel ils se tiennent et à accepter qu'ils savent mieux que quiconque. En toutes choses.
En général, ce n'est pas le cas.

Si l'invitation à travailler ensemble est sincère, nous attendons, depuis tout ce temps, de nous mettre au travail. Ce problème ne disparaîtra pas de lui-même, mais blâmer ceux qui n'y contribuent en rien et saboter leurs efforts pour trouver des solutions n'est certainement pas la meilleure voie à suivre.

Scène de la manifestation de la "journée d'action" organisée par le Dr Ahmed à Calgary.

 

 

Défendez vos droits

Faites la différence en nous soutenant dans notre lutte pour nos droits de propriété.
flèche vers le bas