Le député Motz expose d'autres mensonges de Bill Blair - Réponse à la pétition

4 août 2020

Le député Motz expose d'autres mensonges de Bill Blair - Réponse à la pétition

Le 17 décembre 2019, l'agent de terrain du CCFR Brad Manysiak a fait équipe avec un parrain, le député Glen Motz, pour lancer la pétition parlementaire électronique E-2341-Processus démocratique, en objection à l'interdiction des armes à feu proposée par les libéraux qui était imminente. La pétition est restée ouverte jusqu'au 15 février 2020 et s'est terminée avec un nombre stupéfiant de 175 310 signatures, entrant dans l'histoire comme la pétition parlementaire électronique " la plus signée " au moment de sa clôture.

Le principe de la pétition était une objection au contournement de la démocratie auquel Bill Blair avait fait allusion lors d'interviews dans les médias, laissant entendre qu'il utiliserait un décret pour interdire et confisquer les armes à feu acquises légalement par les propriétaires canadiens d'armes à feu titulaires d'un permis qui n'ont rien fait pour justifier une mesure aussi extrême. Le fait qu'il ait voulu utiliser un décret est la preuve indéniable qu'il ne disposait pas du soutien nécessaire pour interdire les armes à feu avec un parlement minoritaire affaibli.

Il est ironique d'écrire sur ce sujet maintenant, quelques mois après le #BlackFriday 1er mai 2020 interdiction des armes à feu, fait exactement comme Blair a dit qu'il le ferait. Au diable la démocratie.

Quoi qu'il en soit, le gouvernement a déposé une "réponse officielle" à la pétition, signée par des Canadiens d'un bout à l'autre du pays. Vous pouvez la lire ICI

Le député Glen Motz, un policier de 35 ans d'expérience devenu politicien, a répondu à certains des mensonges et contre-vérités contenus dans la réponse du ministre Blair. Nous les énumérons ci-dessous - les points de Motz sont en gras;

  1. "Ces armes n'ont aucune utilisation civile légitime"
    • Pour qu'une arme à feu soit légale au Canada, elle doit être approuvée par la GRC comme ayant un but légitime au Canada. Le Code criminel stipule, en vertu du paragraphe 117.15(2), que les armes à feu ayant un but légitime au Canada ne peuvent pas être interdites - les libéraux ont annulé la décision de la GRC d'interdire les armes à feu ayant un but légitime au Canada.
  2. "sont conçus pour prendre autant de vies que possible"
    • Les armes à feu interdites sont des armes semi-automatiques, le plus souvent limitées à 5 coups, ainsi que des fusils à un ou deux coups et des fusils de chasse. Aucune des armes à feu énumérées n'est "conçue pour prendre autant de vies que possible", ce qui correspond aux armes à feu militaires et aux armes à feu entièrement automatiques.
  3. "Depuis le 1er mai, le marché de ces armes dangereuses, qui ont été utilisées pour tuer des Canadiens innocents, est fermé".
    • L'utilisation d'armes à feu semi-automatiques, de fusils à un coup, de fusils de faible et de fort calibre est toujours autorisée. Les armes à feu ayant cette capacité sont toujours légales - ils ont interdit certaines marques et certains modèles, ce qui n'a pas d'ordre précis. L'affirmation selon laquelle toutes les armes à feu interdites ont été utilisées pour tuer des gens au Canada est manifestement fausse - le AR-15 n'a été impliqué dans aucune fusillade de masse au Canada.
  4. "Les armes à feu concernées sont interdites car elles (1) ont un fonctionnement semi-automatique avec une capacité de tir rapide soutenue (conception tactique/militaire avec une grande capacité de chargeur), (2) sont de conception moderne et (3) sont présentes en grande quantité sur le marché canadien".
    • 30 % des armes à feu interdites ne sont pas semi-automatiques.
    • Près de 300 (~15%) des modèles interdits n'ont jamais été légaux au Canada, notamment les lance-grenades, les lance-roquettes, les fusils antichars, les lance-mortiers et leurs munitions, et les armes à feu militaires.
    • La capacité de tir rapide soutenu n'est pas légale au Canada car 1) les semi-automatiques sont limités à 5 cartouches, 2) les armes à feu automatiques ne sont pas légales et sont interdites depuis plus de 40 ans.
    • Il n'y a pas de chargeurs de grande capacité au Canada - les semi-automatiques sont limités à 5 cartouches.
    • Parmi les modèles et les marques interdits figurent des fusils antichars, des fusils et des lance-grenades datant de la Seconde Guerre mondiale. Il n'y a pas de modèles "modernes". Aucune arme à feu de ce style n'est présente au Canada.
  5. L'utilisation de règlements pour reclasser les armes à feu a également été adoptée par le précédent gouvernement conservateur.
    • C'est vrai, mais ce règlement a été abrogé par le projet de loi C-71, auquel les conservateurs se sont opposés et pour lequel les libéraux ont voté. Les libéraux n'ont pas donné force de loi au projet de loi C-71, bien qu'ils aient soutenu qu'il DEVRAIT être adopté en juin 2019.
  6. "Nous avons l'intention d'introduire un régime de drapeau rouge afin de mieux protéger la sécurité publique".
    • La possibilité de signaler une personne détenant une arme à feu légale qui représente un danger pour elle-même ou pour autrui existe aujourd'hui, et les policiers et les préposés aux armes à feu ont le pouvoir de confisquer des armes à feu. Les professionnels de la santé ont la possibilité de signaler les personnes titulaires d'un permis d'armes à feu aux contrôleurs des armes à feu, mais ce pouvoir n'est pas souvent utilisé. Les lois sur le drapeau rouge ne feront que créer un processus redondant.
  7. "renforcer les exigences en matière de stockage des armes à feu pour décourager le vol"
    • Les voleurs déterminés à voler des armes à feu voleront l'ensemble du casier, ou retireront les armes à feu et briseront les serrures à un autre endroit. Vous ne pouvez pas arrêter le vol en ajoutant plus de serrures. Vous devez arrêter les vols en réduisant le nombre de voleurs et en soumettant les récidivistes à un processus de réforme.
  8. "renforcer les capacités de recherche de la police"
    • Sous les libéraux, la plupart des armes à feu utilisées lors de crimes ne sont jamais retracées et les laboratoires de preuves gérés par le gouvernement fédéral sont tellement débordés que les services de police de tout le pays construisent leurs propres laboratoires, notamment à Calgary, en Alberta, à Vancouver, à Toronto, à Montréal et à Halifax.
  9. "travailler avec nos partenaires des autres niveaux de gouvernement pour donner aux municipalités la possibilité de restreindre davantage les armes de poing".
    • Le principal partisan de cette mesure, le maire John Tory, a déclaré que les preuves présentées montrent que l'écrasante majorité des armes à feu utilisées pour commettre des crimes sont introduites en contrebande, ce qui est conforme à la déclaration du service de police de Toronto selon laquelle 92 % de toutes les armes de poing impliquées dans des crimes étaient introduites en contrebande (le reste étant volé, introuvable ou attribué à un propriétaire légal d'armes à feu au Canada).
    • L'interdiction de la possession légale d'armes de poing (qui est très stricte) n'aurait aucun impact sur la criminalité, comme l'ont affirmé la commissaire de la GRC, Brenda Lucki, l'Association canadienne des chefs de police, le chef de police de Vancouver, Adam Palmer, l'ancien commissaire de la Police provinciale de l'Ontario, Chris Lewis, et de nombreux services de police au Canada (Calgary, Edmonton, Halifax, Toronto, Winnipeg, Saskatoon, Regina).

Il n'a jamais été aussi clair que ce gouvernement se contente de cibler les propriétaires d'armes à feu légales pour marquer des points politiques, plutôt que de se concentrer sur la criminalité et la violence réelles.

Nous ne le supporterons pas - pas une minute de plus.

Nous poursuivons le gouvernement et la GRC en justice - ÊTES-VOUS AVEC NOUS ?

Nous marcherons sur la colline du Parlement à Ottawa le 12 septembre 2020 #IntegrityMarch - Êtes-vous avec nous ?

Assez, c'est assez ...

Défendez vos droits

Faites la différence en nous soutenant dans notre lutte pour nos droits de propriété.
flèche vers le bas